BOEUF AUX HORMONES - La guerre est terminée

étude

 

L'Europe a mis fin mercredi à un différend commercial de plus de vingt ans avec les États-Unis et le Canada en acceptant d'augmenter ses importations de viande bovine de haute qualité en échange du maintien de son embargo sur le boeuf aux hormones.

L'Union européenne a interdit en 1988, pour des raisons sanitaires, les importations de viande bovine issue d'animaux traités aux hormones de croissance. En rétorsion, les États-Unis et le Canada, avec l'aval de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), ont imposé en 1999 des sanctions douanières sur de nombreux produits européens, dont le roquefort, pour un montant annuel de 116,8 millions de dollars américains et 11,3 millions de dollars canadiens. Outre le roquefort étaient concernés des produits aussi divers que le chocolat, les échalotes, la moutarde, les truffes, les pains grillés, les jus, les confitures ou les soupes.

Le règlement adopté mercredi à une large majorité par le Parlement européen (650 pour, 11 contre et 11 abstentions) prévoit une augmentation de 25 000 tonnes par an du contingent de viande de boeuf sans hormone déjà susceptible d'être exportée par les États-Unis en Europe, et de 3 200 tonnes pour le Canada. Cette hausse correspond à "0,36 % de la totalité du marché de la viande de boeuf et de veau de l'Union", selon la commission de l'Agriculture et du Développement rural du Parlement européen. Le vote des députés avalise des accords signés par l'UE avec les États-Unis en 2009 et le Canada en 2011. Dans une première phase, Bruxelles a autorisé l'importation en provenance des États-Unis de 20 000 tonnes supplémentaires par an de viande bovine de haute qualité, en échange d'une levée partielle des sanctions américaines. Les États-Unis et le Canada ont déjà mis en oeuvre leurs engagements et ont levé toutes les surtaxes douanières en 2011.

 

Vache folle

Pour le député européen Verts José Bové, la conclusion de l'accord est une "belle victoire". "Le litige est clos sans que l'Union européenne ait eu besoin de modifier les standards sanitaires qu'elle applique en interne pour protéger ses consommateurs", a-t-il souligné. Le Français, à la pointe du combat contre l'importation de boeuf aux hormones, avait notamment organisé en 1999, avec d'autres militants de la Confédération paysanne, le "démontage" du restaurant McDonald's de Millau (sud-ouest de la France) pour protester contre la décision de l'OMC d'autoriser les sanctions américaines. "C'est une victoire de la diplomatie européenne, mais c'est surtout une victoire du respect des consommateurs européens", s'est félicitée la délégation française du Parti populaire européen (PPE, conservateurs).

Le règlement de ce litige devenait d'autant plus pressant que Washington avait engagé une réforme du régime de sanctions, qui aurait fait grimper leur coût pour les importateurs européens. D'autres contentieux liés à la viande bovine attendent toujours d'être résolus : les États-Unis maintiennent leur embargo sur la viande bovine européenne décidé lors de la crise de la vache folle, alors même que cette maladie a disparu du continent.

La rapporteur du texte adopté mercredi à Strasbourg, Godelieve Quisthoudt-Rowohl, a dénoncé une interdiction "inacceptable", tout en faisant état de progrès sur ce dossier, avec la publication, vendredi, par les autorités américaines d'un projet de norme sur le sujet. Les États-Unis attendent pour leur part que l'UE autorise le traitement des carcasses et découpes de boeuf à l'acide lactique. Plusieurs pays, dont la France, s'opposent à cette pratique. Un accord pourrait être trouvé grâce à un étiquetage pour informer les consommateurs, a-t-on indiqué de source européenne.

 

Actu vue sur : http://www.lepoint.fr/societe/l-europe-met-fin-a-un-long-differend-sur-le-boeuf-aux-hormones-15-03-2012-1441402_23.php

 


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Dudley (mercredi, 21 mars 2012 21:10)

    J'ai pas compris en faite, ils vont nous vendre du boeuf hormoné en douce c'est sa ?