PROJET ABARAC "AGRICULTURES-NUTRITION-SANTE"

étude

Les résultats du programme de recherche Abarac
DOCTEUR, COMMENT DOIS-JE M'ALIMENTER ET FAUT-IL MANGER BIO ?

Pr Henri Joyeux
Chirurgien cancérologue et directeur de recherche en nutrition et cancer - Institut du Cancer et Faculté de Médecine de Montpellier.
Dr Mariette Gerber
Groupe d'Epidemiologie métabolique, Centre de recherche en cancérologie, Inserm-CRLC, Montpellier.

Une "formation-nutrition" pour toutes les spécialités médicales.
Les découvertes scientifiques dans le vaste domaine des maladies de la nutrition ont fait de grands pas au tournant de ce siècle. Elles ont permis de mieux cerner ce qu'est une bonne et saine alimentation. De mauvaises habitudes alimentaires, souvent relativement récentes, sont en cause dans un grand nombre de maladies : diabète, obésité, goutte, maladies rhumatismales, cancers tant du tube digestif que des glandes (thyroïde, sein, utérus, prostate, pancréas, foie...), maladies immunologiques. Les patients, encore bien portants ou malades pendant et après leurs traitements, attendent de leurs médecins des conseils nutritionnels précis.
Si la façon de s'alimenter et ce que l'on mange peuvent être en cause dans leur maladie, ils ne veulent pas vivre les récidives de cancer ou la chronicité de maladies invalidantes (polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, lupus érythémateux, sclérodermie, maladie de Crohn, rectocolite, sida...) (1).
La cohérence santé (2) du corps humain est une réalité mieux comprise de la science. On retrouve les mêmes conseils nutritionnels chez le cardiologue suite à un infarctus du myocarde, le rhumatologue pour une maladie rhumatismale invalidante, le gastro-entérologue pour une maladie inflammatoire du tube digestif ou un ulcère de l'estomac, le gynécologue à la ménopause ou suite à un cancer du sein, l'urologue-andrologue à l'andropause ou suite à un cancer de la prostate, le dermatologue pour de l'acné ou les allergies alimentaires, le pédiatre pour les troubles digestifs, des allergies ou des infections à répétition, le gériatre pour la dénutrition du sujet âgé, l'hématologue comme le cancérologue pour tous les cancers du tube digestif et ceux dits hormono et aliments-dépendants, l'ORL pour les rhinites, otites et angines à répétition, le psychiatre pour un grand nombre de déprimes et d'obsessions, de l'anorexie à la boulimie, l'immunologue pour les dépressions immunitaires si fréquentes aujourd'hui, l'endocrinologue pour bien des maladies hormonales... Tous devraient avoir une forte "compétence nutrition".

Malades et bien-portants sont en droit d'attendre de chacun de ces spécialistes des réponses justes qui les aident à changer leurs habitudes alimentaires dans le bon sens. Les connaissances scientifiques ne doivent pas seulement préciser le nombre de calories par gramme de grands nutriments (glucides, lipides...) et le détail de tel ou tel régime. Ils doivent intégrer tous les aspects de l'alimentation depuis la qualité des aliments, leur contenu et leur détérioration ou amélioration par la cuisson, jusqu'aux effets positifs ou négatifs des grands aliments consommés de façon insuffisante ou excessive.
Connaître aussi les réponses scientifiques aux modes des compléments alimentaires qui risquent aujourd'hui de faire autant de dégâts que les mauvaises habitudes alimentaires d'hier (3). Attention à tous ceux qui voient des besoins chez tous les bien-portants, (business oblige) ou préconisent une complémentation ou substitution hormonale systématique d'équilibre ou de confort, poussés par certains laboratoires pharmaceutiques, qui veulent ou ont intérêt à ce que la ménopause et l'andropause soient une maladie !
En plus du "comment s'alimenter ?", les qualités nutritionnelles des aliments varient-elles selon les procédures culturales dont ils sont issus ?
Voilà les deux questions que nous pose à juste raison le grand public. 
Elles exigent des réponses scientifiques.

 

Lire la suite sur le site officiel du Professeur Joyeux:

http://www.professeur-joyeux.com/alimentation_resultats_abarac.htm 


Écrire commentaire

Commentaires : 0